On En Parle ?! : Rien ne se perd, tout se transforme

02 octobre 2019 - 157 vues
Télécharger le podcast

02 Octobre.jpg (77 KB)

Jérémy Daul reçoit comme invitées cette semaine,

Solène (Coach sportif chez Masthanna Sport)

Logo Instagram.png (77 KB): @Masthanna   Logo Facebook.png (44 KB)Mastanna Sport  Logo Site Internet.png (71 KB): solenebodard.fr

et

Margaux (Communicatrice chez YoYo)

Logo Instagram.png (77 KB): @Yoyo.Eco   Logo Facebook.png (44 KB)Yoyo Grand Paris   Logo Site Internet.png (71 KB): Yoyo.eco

------------

Solène Bodard

J’ai découvert l’athlétisme à l’âge de 10 ans à Issy les Moulineaux. La fille de ma marraine qui pratiquait ce sport, m’emmenait à ses entrainements auxquels je participais. C’est son entraîneur qui détecta en moi des qualités. A 15 ans, je me suis spécialisée dans la course du 320m Haies. Plus tard, lors de mes premiers championnats de France en 1997 à Dreux, un entraîneur me repéra et me proposa d’intégrer le pôle espoir de Haut niveau d’Athlétisme CDFAS Eaubonne dans le cadre d’une formation sport-étude. J’ai alors commencé un entrainement d’athlète de haut niveau sur 400m haies.

Pour des raisons personnelles et une blessure en 2001, j’ai mis fin à ma carrière.

En 2003 après la naissance de mon fils, j’ai repris les entraînements au club de Saint Quentin en Yvelines (78). J’y ai croisé un entraîneur avec des valeurs humaines, qui m’a beaucoup aidé et permis de reprendre confiance en moi. Avec lui, je me suis réorientée sur le 100m haies. Ces 5 années passées à ses côtés m’ont permis d’atteindre un niveau international. 

De plus, j’ai couru sous les couleurs de mon pays natal, le Congo, pendant 4 ans. J’ai pu découvrir l’athlétisme africain que je ne connaissais pas car je suis venue très petite en France (à l’âge de 4 ans) et je n’y étais pas retournée depuis lors. Cette expérience m’a permis d’avoir une autre vision de l’athlétisme. 

Durant ces années, j’ai eu la chance de participer à des compétitions nationales et internationales. Ce fut une expérience très enrichissante, tant au niveau sportif que personnel. Ce temps-là m’a aussi permis de faires d’incroyables rencontres.

En 2004, j’ai commencé en même temps à enseigner l’athlétisme et à préparer mon BPJEPS APT tout cela en continuant ma carrière d’athlète.

J’ai arrêté celle-ci en 2008 suite à une grave blessure. Progressivement, je me suis plus tournée vers ma fonction d’entraîneur.

------------

Yoyo, c’est une histoire qui a débuté il y a trois ans.

En janvier 2017, le premier Coach, Toufik Sadoun s’inscrit et c’est parti ! Très vite, d’autres lui emboîtent le pas. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’agir au quotidien dans 5 grandes agglomérations françaises (plus 5 autres dans les tuyaux).
Nous sommes convaincus qu’il est possible d’atteindre l’objectif de 100% de plastique recyclé en 2025. À condition de prendre le problème à bras le corps et d’inventer des solutions innovantes pour optimiser la collecte dans les villes. Et surtout, nous pensons que ceux qui prennent soin de leur quartier méritent d’être récompensés.
Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières !